Nous savons qu’à Bruxelles les prix des loyers sont trop élevés pour 70% de ses habitants. La ville dispose seulement 8 % des logements sociaux et près de 50% des familles sont éligibles au logement social…

Construire de maisons modulaires-durables-très basses énergie et les mettre gratuitement à disposition des Bruxellois. Vivre confortablement mais simplement, l’auto production d’énergie, l’auto production de ses légumes… L’idée de ce projet, hors du commun, a germé il y a quelques années dans la tête d’Ivan Markoff. En 2015, Studio1BIS est allé à la rencontre d’Ivan qui nous a expliquer comment il était en train de construire son projet, en s’inspirant de concepts tels que l’économie du don, l’économie boule neige, la simplicité volontaire…

Dans mon cœur sommeille en moi une douleur celle d’avoir perdu hier mon ami Yvan Markof. Tu étais l’âme de cette rue et de notre communauté de part ta gentillesse, tu faisais le bien autour de toi… Je me souviendrai de tes rêves d’un monde plus solidaire et citoyen.Nous poursuivrons tes rêves afin de les accomplir… A dieux camarade… (Kevin)

Projet Make It ou « économie boule de neige »

L’idée est de construire quelques modules d’habitations, d’espaces de rencontre et d’ateliers partagés, aux normes « basse énergie », à base de matériaux de récupération et donc au coût le plus faible possible. Le tout pourvu de systèmes expérimentaux de récupération d’eau de pluie, de production d’énergie alternative et de potager collectif. Ces habitations et espaces collectifs seront mis gratuitement à disposition de citoyens engagés qui, étant ainsi dégagés en grande partie du besoin de gagner un salaire, retrouveront une grande liberté qui leur permettra, en contre partie, de construire d’autres modules et systèmes productifs pour libérer d’autres citoyens qui, à leur tour en aideront encore d’autres et ainsi de suite …

Mais surtout, au-delà de cette réflexion, en s’associant à ces milliers d’initiatives novatrices qui émergent partout dans le monde, commencer ou poursuivre la construction bien réelle de cette nouvelle société joyeuse et festive d’où disparaitront les frontières entre loisir, formation et production.

Ce processus ne sera que le départ d’une réflexion sur la citoyenneté, la ville, l’espace public, l’émancipation, l’autogestion, la réappropriation citoyenne des moyens de production, l’économie du partage, du don, de la contribution ou encore de l’économie P2P, s’axant sur l’essentiel et dans un esprit de simplicité volontaire.

Comment continuer autant que possible faire vivre ce projet d’Ivan ?